Autoentrepreneur : Les nouveautés de 2020

Saisir une opportunité ou se lancer dans de nouvelles aventures. Telle est la vie entrepreneuriale. En 2020 encore, l’auto entrepreneur devra relever d’innombrables défis.

Comment devenir un auto entrepreneur en 2020 ?

Beaucoup de jeunes se retrouvent sur le marché du travail après leurs études.  Pourtant ils n’arrivent pas à s’établir dans une entreprise ou rêvent de créer leurs propres sociétés. Il n’est pas très évident de se lancer dans le business sans maîtriser les bases nécessaires. D’où l’intérêt de détailler les points essentiels sur l’auto entrepreneur en 2020.

Sujet a lire : L’agroalimentaire : à vos marques, prêts, investissez !

Évolution du seuil des chiffres d’affaires

Détenir le statut de microentreprise est intéressant sur le plan fiscal et social.Ce sont les chiffres qui déterminent si la structure peut bénéficier du régime ou non. Au cours des années précédentes,ces montants étaient modiques. Toutefois pour l’auto entrepreneur en 2020, ils atteignent les 176 200 euros pour les reventes ou achats de biens.Il en est de même pour les restaurants ou assimilés. Les chiffres s’élèvent à 72 500 euros pour les professions à caractère libérales. Pareil pour les activités commerciales et artisanales.

Possibilité de déclaration des chiffres d’affaires en ligne

Il importe de souligner que le manquement à cette obligation légale est passible d’une sanction financière. Si depuis l’année 2019, ces opérations s’effectuaient déjà en ligne, l’auto entrepreneur en 2020 devra utiliser un nouveau site internet cette année. En effet, auparavant les déclarations se réalisaient sur net-entreprise. actuellement il faut passer par un portail entrepreneur de l’ursaaf. Et aucun auto entrepreneur ne peut se prévaloir de l’ignorance de ce changement pour outrepasser les dispositions légales.

Lire également : L’agroalimentaire : à vos marques, prêts, investissez !

Question d’ordre fiscal

Avant la réforme, les microentreprises étaient exonérées de TVA. Sauf qu’à ce moment elle devient imposable quand les chiffres d’affaires vont au delà des seuils. En conséquence l’auto entrepreneur en 2020 devra facturer cette taxe à ses clients en cas de dépassement de la limite des 34 400 euros  pour les prestations commerciales, artisanales ou les professions libérales. Ce tarif de tolérance est accru à 36 500 euros. Il en est de même pour la vente des marchandises, les restaurants, les hôtels où le plafond est de 85 800 euros, dont la majoration est de 94 300 euros.

Révolution de l’ACRE et de la sécurité sociale

Cela est la grande différence avec les années précédentes pour l’auto entrepreneur en 2020. L’Aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise a subi un changement considérable avec le décret de novembre 2019. Effectivement, l’ACRE devra s’accomplir sur demande et l’auto entrepreneur dispose de 45 jours à partir de la création de la structure pour y procéder. Par ailleurs, l’attribution s’opère suivant certaines conditions comme l’âge de l’auto entrepreneur ainsi que sa situation. Cette réglementation a eu un impact considérable sur l’exonération des cotisations sociales, car il a diminué à 50 % pour 2020 et valables pour un an uniquement.

D’autre part l’auto entrepreneur en 2020 passe à la CPAM ou Caisse Primaire d’Assurance Maladie désormais. Néanmoins, certains restent à la CIPAV ou Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d’Assurance Vieillesse.